Nelly Girardeau

NELLY GIRARDEAU

Diplômée des Beaux-Arts de Clermont-Ferrand en 2000, Nelly Girardeau étudie par la suite le cinéma documentaire à l’université Stendhal de Grenoble. Les mécanismes de représentation et de perception du monde, le rapport à l’imaginaire et à la mise en récit sont au cœur de ses recherches.
 Pour la réalisation de son premier film L’EAU SALÉE, elle reçoit le soutien du Groupement de Recherches et d’Essai Cinématographique.
Son prochain film SABLES, développé à La Fémis et produit par Prima Luce Production, a été récemment projeté au cinéma « Les Variétés » à Marseille et au festival « Rencontres sur les Docks » de Bayonne.

Nelly Girardeau proposera des ateliers vidéo auprès de classes de 4ème du Collège du Beffroi de Billom.

« Pour le projet j’envisage de proposer la rĂ©alisation d’un ou plusieurs petits films courts qui questionneraient notre rapport Ă  la nature. Le film ou les films seront un prolongement des ateliers de crĂ©ation de costumes et masques vĂ©gĂ©taux proposĂ©s par Marjolaine Werckmann et Claudia Urrutia. Il s’agira de mettre en scène les parures et les masques qui auront Ă©tĂ© fabriquĂ©s et qui rĂ©inventent, Ă  leur manière, la figure de l’Homme sauvage.

Mi-homme mi-animal, cette figure, issue de traditions païennes que l’on retrouve dans toute l’Europe, symbolise le rapport essentiel de l’homme à la nature, elle célèbre les forces primitives et le cycle de la vie, la fin de l’hiver et le retour du printemps.

Le film sera composé de tableaux vivants ; petites séquences en plans fixes qui mettront en scène les costumes. Les costumes portés deviennent des personnages à qui on attribuera un rôle et une histoire, en fonction de ce qu’ils représentent, des questions qu’il font surgir, au gré de l’imagination de chacun… Chaque personnage évoluera dans un paysage, ce peut être un décor naturel ou bien une image projetée (s’il est impossible de sortir lors du tournage ou bien si l’on décide de filmer en studio).

Les actions, performances, ou chorégraphies seront définies à l’avance par les participants. Le film est un terrain d’expérimentation poétique où se mêlent des images, des voix et des gestes. Les personnages circuleront et inventeront des liens entre les paysages, les accessoires, les mots, les chants, les sons, les animaux, les végétaux et les humains, pour questionner notre rapport au sauvage et au vivant. »