L’aire marine protégée de Hawaï au secours de la biodiversité

L’aire marine protégée de Hawaï, Papahānaumokuākea, comprend des dizaines de minuscules îles, atolls et hauts-fonds, s’étendant sur plus de 1200 milles marins (plus de 2000 km) et couvrant 1,5 million de km2 à travers l’océan Pacifique nord. Créée il y a 15 ans par le président George Bush sur 360 000 km2, elle est devenu en 2016 la plus grande aire marine protégée au monde. Cette année-là, suite à la demande du sénateur hawaïen Brian Schatz, le président Barack Obama a décidé de multiplier la superficie de cette aire marine par quatre.

Map PMNM 2016.jpg
wikipédia: les îles hawaïennes du Nord-Ouest formant le monument national marin de Papahanaumokuakea

Le refuge de 7000 espèces maritimes et terrestres

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco en 2010, cette AMP constitue le refuge de 7000 espèces maritimes et terrestres, en danger ou menacées, dont certaines endémiques, ce qui signifie qu’elles dépendent uniquement du Papahānaumokuākea pour leur survie. Les récifs coralliens constituent le coeur de l’écosystème; parmi eux se trouve l’un des plus anciens au monde: le corail noir Antipatharia datant d’il y a 4 500 ans. Mais de nombreuses menaces pèsent sur eux : réchauffement climatique, élévation des océans, acidification des océans…

Les 1350 îles coralliennes, les monts sous-marins, les bancs et les hauts-fonds abritent une incroyable diversité de coraux, de poissons, d’oiseaux, de mammifères marins et d’autres espèces de flore et de faune, dont beaucoup sont uniques à la chaîne des îles hawaïennes. La plupart des îles et des eaux peu profondes sont des habitats importants pour des espèces rares telles que la Tortue verte, menacée, le Phoque moine hawaïen, en voie de disparition, ainsi que les 14 millions d’oiseaux marins représentant 22 espèces qui s’y reproduisent et y nichent. Les zones terrestres abritent également quatre espèces d’oiseaux que l’on ne trouve nulle part ailleurs dans le monde, y compris le canard le plus menacé au monde, le Canard de Laysan.

youtube: le monument national marin de Papahanaumokuakea

Protection de nos écosystèmes marins

La mission de cette aire marine consiste à mener une gestion intégrée transparente pour assurer l’intégrité écologique et garantir une protection et une perpétuation solide et à long terme des écosystèmes des îles hawaïennes du nord-ouest, de la culture autochtone hawaïenne et des ressources patrimoniales pour les générations actuelles et futures.

Ainsi, l’AMP est gérée par des législations internationales, fédérales et d’Etat préexistantes. De multiples niveaux de législation et de réglementation fédérale et d’Etat protègent le patrimoine culturel de Papahanaumokuakea, à travers ces monuments ainsi que son paysage.

Le programme 2022 de Papahānaumokuakea met l’accent sur l’atténuation des impacts environnementaux c’est à dire aider à la préservation des poissons et de la faune en réponse aux facteurs de stress environnementaux tels que l’élévation du niveau de la mer et le réchauffement des températures. Les actions peuvent inclure la collecte de données pour soutenir et comprendre les événements épisodiques comme le blanchissement des coraux et les ouragans, et potentiellement des efforts de transfert pour la faune en péril en mettant l’accent sur les espèces menacées et en danger.

Le plan de protection du Monument national marin qui a été élaboré, fera office de document directeur pour les quinze prochaines années. Celui-ci comprend des objectifs stratégiques et des plans d’action thématiques détaillés traitant des besoins prioritaires. Il est important que ces efforts soient maintenus dans le but de valoriser l’AMP de Hawaï. Le système de gestion doit parvenir à un équilibre équitable entre la protection des attributs culturels et naturels qui constituent le fondement de la Valeur universelle de Papahānaumokuākea.

blanchissement des coraux

Cette aire protégée est présentée comme une réserve pour le développement durable 

Elle sera un haut lieu de recherches et d’investigations. De plus, une telle réserve offrira des opportunités infinies de découvertes. Outre ces bénéfices économiques et sociaux, la réserve est un atout inestimable pour la biodiversité. Effectivement, elle permet de préserver des milliers d’espèces marines contre la surpêche, une pratique qui aggrave l’instabilité de l’écosystème et le réchauffement climatique. L’aire marine de Papahānaumokuākea est l’endroit propice pour le développement et la reproduction des espèces endémiques, permettant ainsi d’empêcher leur éventuelle disparition.

Un grand défi de notre temps

Malgré une protection des mers et océans les menaces sont encore nombreuses, elles comprennent les déchets marins, le transport de marchandises dangereuses, les futures activités de prospection et d’exploitation minière, les opérations militaires, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (pêche IUU), la pêche commerciale, les dommages causés par les ancres, les échouages et les espèces exotiques envahissantes.

Cependant l’aire marine protégée n’abrite pas seulement la faune et la flore mais aussi de nombreuses couches du patrimoine de Papahānaumokuakea qui ont laissé un héritage matériel sur le fond marin et une riche histoire à interpréter. Les îles possèdent des restes matériels de baleiniers américains et britanniques, de jonques japonaises, de bateaux à vapeur de la marine, de sampans de pêche hawaïens, de charbonniers du Pacifique, de navires de sauvetage et d’avions de la marine.

tortue de mer

Bon à savoir

poissons et coraux

Il est aujourd’hui prouvé que la création de réserves contribue à la préservation de la biodiversité marine. Des études scientifiques ont démontré que les réserves marines permettent de quadrupler la faune et la flore sous-marines. Les réserves servent aussi de zone de reproduction pour des espèces menacés comme les baleines ou les tortues de mer et contribuent au renouvellement plus rapide des stocks de poissons. Enfin, les sanctuaires marins servent à nous protéger des effets du changement climatique car ils augmentent la résilience des écosystèmes marins face à l’acidification des océans.

Les ONG de défense de l’environnement saluent donc la décision du Président Obama d’agrandir la réserve de Papahānaumokuākea. Mais elle profitent aussi de cette occasion pour rappeler que moins de 3% des océans sont protégés a l’échelle mondiale, alors que les scientifiques préconisent au moins 30% de réserves marines afin de maintenir des océans en bonne santé.

source:

https://www.papahanaumokuakea.gov/

https://merespace.com/journal/264_aire-marine-hawai

https://www.pewtrusts.org/en/about/news-room/press-releases-and-statements/2016/08/26/pew-applauds-expansion-of-papahanaumokuakea-marine-national-monument

https://fr.wikipedia.org/wiki/Monument_national_marin_de_Papah%C4%81naumoku%C4%81kea